Les épreuves de la vie font que certaines personnes peuvent tout perdre du jour au lendemain. Ses personnes de retrouvent sans logement ni argent. D’après un rapport de l’Insee, les raisons de cette précarité sont souvent en rapport avec une séparation, un décès d’un des conjoints, une violence au sein du couple ou bien un licenciement. Darius Nenius, 45 ans et sa mère Irena Neniuviene 87 ans, souffrait de démence, en ont vécu l’amère expérience comme le mentionne nos confrères de METRO. Une histoire bouleversante …

Habitant en Angleterre, Darius un lituanien, a perdu son emploi et n’ayant plus de logement, il craignait de devoir partir du pays, terrifiés par la peur de mourir dans la rue avec sa maman malade.

Dans l’obligation de prendre soin de sa maman, son fils ne pouvait pas chercher du travail car il devait rester à ses côtés pour s’occuper d’elle.

La maman de 87 ans nécessitait des soins 24 heures sur 24, Irena doit être surveillée par son fils qui à son tour ne peut plus toucher ses allocations sociales. Aujourd’hui, la mère et son fils se retrouvent a vivre dans la rue.

A la suite de dix années de dur travail en Angleterre, Darius a choisi de prendre soin de sa mère et parce qu’il a cessé de chercher du travail, son chômage lui a été retiré. Tous les deux vivent dans la rue. Un porte-parole du conseil municipal de Brimingham a déclaré ” que cette affaire est complexe et je déploie aujourd’hui toutes les mesures nécessaires pour venir en aide à cette famille déchirée et l’empêcher surtout de dormir dans la rue.”

Les SDF dans notre pays

Selon l’Insee, on dénombre 141 500 personnes SDF en France. Les hommes représentent la plupart des SDF par rapport aux femmes. Pourtant, 25 % des SDF occupent un job, 50 % d’entre eux sont au chômage et plus du quart demeurent inactifs.

Les SDF essayent de sortir de ses situations précaires, ils vivent dans des tentes ou des matelas. Une situation qui se propage dans tous le pays.

D’après Le Parisien, l’hiver reste la période la plus difficile pour les sdf qui ont beaucoup de mal à trouver des places dans les centres d’aide. Les associations en dénombrent 200 000 aujourd’hui et le Samu social ne peut plus répondre à la demande des sans-abri devenus plus nombreux.

La Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), désirant aider ces personnes démunies, lance un appel aux pouvoirs publics afin de mobiliser d’urgence les bâtiments disponibles pour les héberger et les protéger.

Comment leur venir en aide ?

Il suffit pour cela :

  • Donner de votre temps et de votre argent
  • Nourrir leurs compagnons, amis à fourrure
  • Alerter les professionnels

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici