Couvre-feu à Paris : des clients verbalisés pour avoir terminé leurs courses à 18h06

Il faut dire que l’épidémie du coronavirus a modifié radicalement nos habitudes. La crise sanitaire est apparue en France il y a un peu plus d’un an et a fait des ravages sur son passage. Malheureusement, le bilan est très meurtrier et on dénombre plus de 70 000 personnes décédées du Covid rien qu’en France. Selon les dernières statistiques, on dénombre plus de deux millions de personnes décédées du coronavirus à travers le monde. Une situation catastrophique, qui a poussé les gouvernements à prendre des mesures de restrictions très strictes.

Pour contrer cette pandémie meurtrière, la France a décidé récemment, de fermer ses frontières aux pays extérieurs à l’Union Européenne, « sauf motif impérieux ». Tandis que ceux de l’UE devront présenter des tests négatifs pour pouvoir intégrer le pays,  « à l’exception des travailleurs transfrontaliers ». De plus, les centres commerciaux de plus 20.000 m2 fermés dès dimanche. Enfin, le recours au télétravail pour les entreprises sera privilégié.

Le couvre feu à 18 heures est toujours de rigueur depuis quelques semaines à travers le pays. Si une grande partie de la populations le respecte à la lettre, les forces de l’ordre veille au grain, afin d’éviter le non respect de cette mesure, qui vise principalement à limiter la propagation de ce terrible virus, qui a frappé la planète entière en seulement quelques mois. Toutefois, certaines situations étonnantes ont été répertoriées ces derniers temps.

En effet, “Mercredi 27 janvier, alors qu’ils se dépêchaient de terminer leurs courses, plusieurs clients d’un Franprix à Paris ont été verbalisés à la sortie de ce dernier, à 18h06. Une situation qui a été largement relayée sur les réseaux sociaux. Ils terminaient leurs courses à 18 h 06 quand la police est intervenue. La préfecture de police a par ailleurs confirmé à la verbalisation du gérant et des clients  en raison de l’horaire”, ont rapporté nos confrères d’ Actu Paris.

D’après la préfecture : « Le gérant de ce commerce avait déjà été mis en garde. » Toutefois, pour un “retard” 6 minutes, les clients ont beaucoup de mal à digérer cette verbalisation. En effet, ses parisiens déplorent simplement un manque d’humanité et d’empathie, durant ce contexte tendu, qui rend à cran beaucoup de personnes. En effet, certaines personnes sortent du travail, et ne disposent que de ce petit créneau pour réaliser leurs courses.

D’après l’un des clients sur place, Arnaud Cosson, qui a décidé de donner sa version des faits sur instagram, cette situation « en dit long sur ce qui se passe en ce moment en France ». Il déclare : « Je vais vous raconter une anecdote qui m’est arrivée hier. Une anecdote sur le contexte liberticide, sur l’absurdité, le manque d’humanité et d’empathie de certains policiers qui souffrent déjà bien assez de leur image. »

Avant de poursuivre : « Avec ma chérie nous arrivons à 200 m de chez moi, il est 17 h 53. N’ayant pas eu le temps de faire nos courses, nous décidons de prendre le nécessaire dans un Franprix. Nous faisons la queue, une dizaine de personnes devant nous, une 20aine derrière. Le responsable accélère la cadence, commence à baisser un rideau, nous payons, nous sommes sur le point de sortir, il est 18 h 04 ».

Très rapidement, 4 policiers arrivent, « en tête le major, les yeux injectés de sang » qui indique : « Plus personne ne sort, pièces d’identité, c’est pas compliqué tout le monde sera verbalisé !!!. Ce sont ses premiers mots, pas un bonsoir. Je crois à une blague, mais non », a-t-il confié, visiblement très choqué par les propos du policier, qui aurait fait part d’un manque de politesse et de courtoisie totale.

Avant d’ajouter : « on présente nos papiers, on essaye de leur faire entendre raison, je lui présente notre attestation qui explique notre activité du moment qui est censée justifier notre présence tardive », Le policier lui aurait répondu : « Je m’en fous de votre attestation, elle sert à rien ! Si vous aviez été dans la rue ok. Là vous êtes dans un magasin qui devrait être fermé. Donc vous pouvez en vouloir au gérant, c’est de sa faute ! ».

Ce à quoi lui a répondu Arnaud Cosson : « Non ce n’est pas de sa faute, les gens font leurs courses en fin de journée, certaines personnes ne peuvent pas faire autrement, elles ont un boulot, alors forcément vers 18 h ça bloque. ». Avant d’ajouter : « On est sur quelle planète ? On devrait continuer de s’indigner face à la violence envers les policiers… mais en ayant à faire face à ce genre de mec, qui alimente et attise la rancœur des plus sensibles, on ne s’étonnera plus dans quelques mois que certains explosent », regrette-t-il.

Written by user

Des enfants dans le Gard de 6 et 7 ans verbalisés dans un bus pour une raison ahurissante !

Une « Limousine » vendue à 299.000 euros durant une vente aux enchères