Des enfants dans le Gard de 6 et 7 ans verbalisés dans un bus pour une raison ahurissante !

Nous vivons tout de même une drôle d’époque. Les codes changent et la société aussi. C’est la raison pour laquelle certaines histoires qui apparaissent dans les médias font souvent réagir les lecteurs et les internautes sur les réseaux sociaux. C’est pourquoi nous avons décidé de vous raconter un fait divers qui a eu lieu il y a quelques jours dans le Gard. Il faut dire que les faits sont tout simplement ahurissants. C’est à se demander si certaines personnes sont dotées d’un minimum d’empathie et d’assez de recul pour prendre les bonnes décisions …

Il y a quelques jours, à Martignargues dans le Gard, un groupe d’enfants de 6 et 7 ans ont été verbalisés alors qu’ils se trouvaient dans le bus scolaire pour se rendre à la cantine. Selon nos confrères qui ont fait éclater cette affaire au grand jour, leurs cartes de bus étaient restées à l’école. Autant vous dire que la colère des parents ne s’est pas fait attendre. Ces derniers ont très vite écrit un courrier au maire de la commune, pour aborder leur mécontentement.

Selon eux, ils ne comprennent pas pourquoi les agents ont décidé de verbaliser les enfants, qui empruntaient ce bus au quotidien, à cause d’un simple oubli. Un événement qui paraît anodin, mais qui a fait couler beaucoup d’encres ces dernières semaines. En effet, cette histoire s’est propagée sur la toile comme une traînée de poudres, suscitant l’indignation de nombreux internautes, qui ont été littéralement choqués par le comportement des agents de contrôle.

« Une situation qui a suscité la colère des parents et du maire de la ville. C’est une histoire dont les parents d’élèves et le maire de Martignargues n’en reviennent toujours pas : jeudi 28 janvier, le bus scolaire qui conduisait les enfants de l’école de Saint-Étienne-de-l’Olm à la cantine de Martignargues a été contrôlé par le réseau Ntecc (Transports en commun du bassin d’Alès), relate Midi libre », a rapporté un confrère, qui souligne que de nombreux messages de colères ont été postés sur les réseaux sociaux.

Selon un parent d’élève qui a accepté de témoigner lors d’une interview accordée à l’un de nos confrère, un bon discernement de la part des agents aurait éviter toute cette polémique qui tourne au ridicule. « Neuf enfants ont été verbalisés. Ils avaient laissé leur carte d’abonnement de bus dans leur cartable à l’école… », a regretté Guillaume Hestin, un parent d’élève en colère.

Quant à, Jérôme Vic, le maire de la commune, il n’a pas caché sa colère. « C’est pitoyable, le bus a été arrêté une vingtaine de minutes, les enfants étaient en pleurs. Ils ont eu moins de temps pour manger à la cantine. Qu’ils contrôlent, c’est une chose, mais entre midi et deux, c’est une honte ! Quel homme peut avoir du plaisir à mettre des PV à des enfants de 6-7 ans ? », a-t-il indiqué, confiant qu’il allait tirer cette affaire au clair.

Avant de poursuivre : « J’ai appelé la SMTBA (le Syndicat mixte de transports du bassin d’Alès), mais je n’ai pas réussi à joindre le réseau Ntecc… Outre l’aspect que c’est légal, il y a tout de même des manières de faire », déplore-t-il. Une situation qui a suscité l’incompréhension totale des parents, qui ont laissé éclater leur colère. Les rendez-vous avec le maire de la ville se sont multiplier ces derniers jours afin d’annuler ces amendes.

Au final, les neuf enfants ont reçu chacun un PV de 83 euros. Une somme que certains parents refusent catégoriquement de payer. Ils rappellent qu’il s’agit d’enfants de moins de 10 ans, qui ont tous été choqués par cette événement. Certains ont même eu l’impression d’être humilier publiquement, à cause d’un simple oubli, qui aurait pu passer inaperçu, si les agents avaient eu un peu d’empathie.

Nous avons appris, récemment que certains parents songent fortement à porter plainte. On peut dire que cette histoire n’aura laisser personne indifférent, dans cette petite ville du Gard, qui est en réalité très calme. Espérons que ce genre de situations ne se reproduisent plus et que cela servent de leçon à tout le monde …

Un jeune handicapé humilié, violenté et tondu, ses agresseurs publient la vidéo sur les réseaux sociaux

Couvre-feu à Paris : des clients verbalisés pour avoir terminé leurs courses à 18h06