Michel Sardou, un terrifiant sacrifice, sur TF1, il livre une vérité effroyable

Michel Sardou, terrorisé, sur TF1, il révèle l’objet de ses tourments

Michel Sardou vient de sortir un livre. Sur le plateau de Sept à Huit, l’artiste a évoqué des sacrifices auxquels il a consenti durant sa vie.

Dans le livre qu’il vient de sortir, un récit autobiographique qu’il a intitulé Je ne suis pas mort… je dors, Michel Sardou parle de lui et raconte ses cinquante années de carrière. Invité de Sept à Huit sur TF1 pour la promotion de son ouvrage, le chanteur qui s’est définitivement tourné vers la comédie est revenu sur un trait de caractère dont il a dû se défaire au début de sa carrière.

Michel Sardou affirme que pour devenir l’artiste émérite qu’il est, il lui a fallu surmonter sa timidité face au public. Ce qui n’était pas gagné d’avance car celui qui a récemment été décoré de la Légion d’honneur a été obligé de sortir de sa zone de confort et de s’habituer à être constamment sous les feux des projecteurs. «Je suis d’un coup en gros plan ou lorsque je suis sur scène, il y a des milliers d’éclairages sur moi», explique-t-il, assurant qu’il dû se créer un personnage pour tenir face à cette situation.

Mais la crainte de se retrouver face à son public n’est pas la seule à laquelle il lui a fallu faire face. Le chanteur ne supporterait pas l’idée de prendre du poids, révèle-t-il. «Je suis perpétuellement au régime. Je vis l’enfer depuis 50 ans », a indiqué l’artiste. Et même s’il affirme aimer manger, «maintenant, je fais la cuisine mais pour les autres », dit-il.

Dans une interview qu’il  accordé au Point, Michel Sardou ne s’est pas montré tendre à l’égard de son fils Romain, âgé de 47 ans. L’artiste estime ce dernier paresseux. Après avoir expliqué qu’il «ne sacralise pas (ses) propres enfants », Michel Sardou déclare au sujet de Romain : « Il a le souffle d’un écrivain, mais il ne travaille pas assez. Il a un palmier dans la main »

« Je suis lucide, même avec les gens que j’aime. La lucidité est primordiale. Quand on se ment à soi-même, on en paie le prix tôt ou tard. Un jour, on se réveille », affirme l’artiste qui est également le papa de Cynthia, Sandrine et Davy. L’époux de Anne-Marie Périer a souligné qu’il «aurait pu adopter des enfants », car selon lui «les liens d’amour n’ont pas besoin de passer par les liens du sang ».  

L’interprète de La maladie d’amour a ainsi pris l’exemple de François Périer qui a aimé comme son propre fils Jean-Marie, le fils biologique d’Henri Salvador. « À sa naissance, il a pris l’enfant dans ses bras : « Mon fils est magnifique. » Il n’a pas eu un seul instant de doute. Je trouve cela formidable », a rappelé Michel Sardou.

Une femme brûle son mari, après avoir appris qu’il avait violé sa fille de 7 ans.

Benoît Paire, Shy’m jetée aux oubliettes – La joie retrouvée avec Julie Bertin