Les violences à l’encontre des femmes constituent encore aujourd’hui une triste réalité, faisant des millions victimes qui se retrouvent marquées à jamais. Le viol fait partie de ces violences qui laissent de nombreux hommes et femmes marqués à vie. Si la parole se délient grâce au mouvement Metoo, beaucoup de personnes vivent encore avec ce lourd secret qui les détruit à petit feu.

Mais avant de rentrer dans le coeur du sujet, merci de vous abonnez pour recevoir toujours plus de vidéos inédites et exclusives. Votre aide nous ai très précieuses. Nous vous remercions pour votre confiance.

Nous allons vous dévoiler, à travers cette vidéo l’histoire poignante d’ne adolescente de 13 ans enceinte, qui se suicide après avoir subi un viol collectif.

Une jeune fille de 13 ans qui croyait être enceinte s’est suicidée après avoir été prétendument violée par six hommes à Bangkok .

La jeune fille, qui n’a été identifiée er qui porte le surnom de Pinkie, serait décédée un peu avant minuit vendredi dans la capitale thaïlandaise .

Le viol collectif présumé aurait eu lieu quelques jours auparavant, le 11 novembre.

Sa mère a informé la police du viol collectif présumé avant la mort de sa fille, rapporte le site d’informations local Coconuts Bangkok .

Elle aurait dit aux autorités que sa fille avait été gardée en otage dans la région de Khlong Tan à Khlong Toei la semaine dernière par plusieurs hommes et violée.

Deux suspects ont été identifiés et l’un d’entre eux a été arrêté après qu’une arme à feu non enregistrée a été saisie à son domicile lors d’un raid, a déclaré la police au média.

« Les deux suspects font face à des accusations pour avoir collaboré pour abuser sexuellement de la jeune fille », a déclaré un porte-parole de la police royale thaïlandaise.

«Il y avait deux filles, deux garçons la nuit de l’incident. L’une des filles, Pinkie, est morte. Des mandats ont été émis pour les deux garçons. »

L’adolescente croyait qu’elle était enceinte, selon Coconuts Bangkok.

La jeune fille a publié une série de messages troublants sur Facebook à la suite de l’attaque de viol présumée, selon le New Zealand Herald .