Une « Limousine » vendue à 299.000 euros durant une vente aux enchères

Nous vivons une drôle d’époque. A l’heure où la crise sanitaire liée à l’épidémie du coronavirus, a creusé de nombreuses inégalités au sein des populations, parfois, certaines histoire ont de quoi faire sourire pour certains où faire peur pour d’autres. L’histoire que nous allons vous raconter est tout simplement surprenante. Quand certains n’ont même pas de quoi manger, d’autres peuvent se permettre d’acheter ce qu’il désire à des prix exorbitants …

En effet, le contexte actuel ne semble pas être difficile pour tous. Pour preuve, cette histoire étonnante, qui a fait couler beaucoup d’encres ces dernières semaines. Il fait dire qu’elle s’est même propagée sur la toile comme une traînée de poudres, tant elle est hallucinantes sur certains aspects …

C’est une incroyable histoire, dont nos confrères du Daily Star ont le secret ! Cette histoire a été par la suite relayée par le journal France Bleu Limousin. Une vache Limousine qui a été élevée dans le centre de l’Angleterre, a été adjugée pour 262.000 livres sterling, soit 299.000 euros durant une vente aux enchères qui a eu lieu jeudi dernier.

Soyons clair, ce n’est pas une blague. Cette vache qui semble disposer de nombreuses qualités a été vendu le prix d’un appartement, voire d’une maison. Il s’agit notamment d’un record mondial pour une vache, qui n’avait jamais atteint ce prix auparavant. Une première mondiale …

“Cette génisse baptisée Posh Spice, comme le surnom de Victoria Beckham, l’une des chanteuses du groupe Spice Girls, a été élevée dans le Shropshire (centre de l’Angleterre). Cette somme record a été atteinte à cause de spéculateurs. Ce qui serait inimaginable en France, où les prix peuvent grimper jusqu’à 10.000 euros maximum pour des animaux haut de gamme”, a rapporté un confrère.

Si ce record promet de belle perspective à la filière Limousine, en Haute-Vienne, berceau de la race, les commentaires dans la régions ne se sont pas fait attendre. « C’est un gros coup marketing, mais qu’il faut déconnecter d’un contexte agricole assez difficile en ce moment » a rapporté lors d’un entretien à France Bleu Olivier Rambert, responsable commercial d’Interlim.

Written by user

Couvre-feu à Paris : des clients verbalisés pour avoir terminé leurs courses à 18h06

Scandale : Quatar Airways évoque enfin «cette violation des libertés individuelles » envers les femmes